Pression fiscale en Côte d’Ivoire : revirement du gouvernement ou opportunisme électoral ?

Article : Pression fiscale en Côte d’Ivoire : revirement du gouvernement ou opportunisme électoral ?
14 janvier 2021

Pression fiscale en Côte d’Ivoire : revirement du gouvernement ou opportunisme électoral ?

L’adoption d’une nouvelle annexe fiscale est sans doute le sujet qui a défrayé la chronique en Côte d’Ivoire récemment, dans un contexte marqué par la Covid-19 et ses impacts sociaux et économiques. Ces nouvelles taxes touchent tout ou presque de la vie des Ivoiriens. La raison évoquée est celle de pouvoir mobiliser les ressources fiscales, afin de soutenir l’économie nationale. C’est donc à raison que cette loi a suscité moult réactions de protestation. Seulement, contre toute attente, on observe un revirement des autorités ivoiriennes. Les prochaines échéances électorales n’en sont sûrement pas étrangères.

Le mauvais timing du gouvernement

A l’orée des prochaines élections locales de mars 2021, c’est à ne pas en douter un mauvais timing pour la majorité au pouvoir. Comment justifier auprès de son électorat des mesures si drastiques ? En outre, c’est aussi du grain apporté au moulin des détracteurs, surtout après le contexte électoral si particulier de 2020. Par ailleurs, la pression fiscale est telle que la grogne commençait vivement à secouer la toile ivoirienne. Une grogne qui pourrait se transformer en manifestations préjudiciables au pouvoir d’Abidjan. Pour le gouvernement, il fallait au plus vite trouver une solution qui quoique provisoire ou partielle, pourrait calmer les ardeurs d’éventuel.les téméraires.

Véritable engagement ou stratégie du pouvoir ?

La première mesure émana du ministre du commerce, annonçant la  »suspension » de l’augmentation des prix de l’huile de table raffinée et de la farine boulangère. Une véritable bouffée d’oxygène au regard de la hausse fulgurante de ces produits, 12 à 17%, qui avait un impact immédiat sur le quotidien. Seulement là aussi le vocable « suspension » interpelle. « Suspension » sous-tendant qu’à tout moment, le couperet pourrait encore s’abattre sur les consommateurs indiciblement.

La plus grande surprise vient de l’Autorité de régulation des télécommunications (ARTCI). Pour rappel, elle a suspendu les avantages sur la téléphonie mobile. Voir la décision numéro 2020-0599. Elle a instauré une nouvelle taxe que devaient s’acquitter les services de livraison urbains. Plus de 5 millions de francs CFA, quand on sait combien cette activité florissante emploie nombre de jeunes sans grands moyens. D’ailleurs, des traques contre les livreurs ont eu lieu les jours qui ont suivi la publication officielle. Contre toute attente, l’ARTCI ne s’est pas reconnue dans l’une comme l’autre de ces mesures.

Opportunisme électoral

Comment, du jour au lendemain, un communiqué officiel peut-il être balayé du revers de la main ? Pourquoi la suspension de ces taxes s’est elle faite si brusquement ? Pourquoi subitement, des séances de travail sont organisées après les réactions négatives des contribuables ? L’opportunisme électoral, suis-je tentée d’alléguer. Le parti au pouvoir se retrouve face à un électorat totalement hostile. Et justement, un revirement ferait croire que les revendications ont été écoutées et prises en compte. Un bon point à mettre au compteur des élus. Ce qui jouera à n’en point douter à les rendre plus crédibles et éligibles.

La nouvelle loi fiscale a permis à la population ivoirienne de jauger de si oui ou non, elle veut reconduire leurs élu.es. Seulement, vigilance doit être de mise car, en période électorale, ruse et opportunisme ne sont jamais bien loin. Nous restons dans l’espoir que le revirement ne soit pas juste de la stratégie, mais témoigne d’une véritable volonté d’alléger le quotidien des populations.

Crédit photo : https://ebconseilfisc.com/

Partagez

Commentaires

Déborah Marie-Estelle
Répondre

Souvent le politique dans la politique voit tout et n'importe quoi en opportunité, La population ne fait que subit.
Et dire que la politique c'est la gestion de la cité