Et si les hommes tombaient enceintes ?

Article : Et si les hommes tombaient enceintes ?
25 juillet 2020

Et si les hommes tombaient enceintes ?

Et si les hommes tombaient enceintes ? Vous êtes vous déjà posé.e.s cette question ? Vous êtes vous imaginé.e.s un monde où les hommes seraient ceux qui portent les bébés ? Bizarre serait une lapalissade pour caractériser pareille situation, même fictive. Et pourtant, si les hommes tombaient enceintes ou plutôt enceints, le monde serait bien différent.

PS: Ici maternité sera employée pour désigner la capacité de procréer.

Les règles ne seraient pas taboues

Non non les règles ne seraient pas taboues encore moins considérées comme sales ou impures. Ce serait le signe du passage du garçon à l’état d’homme adulte. Une fierté, de pères en fils. A n’en point douter, la précarité menstruelle n’existerait pas ou serait très réduite. Les protections hygiéniques seraient budgétisées par les finances publiques et partagées aux jeunes garçons. Aucune publicité ne masquerait jamais le sang des règles. Bien au contraire, le sang menstruel et ses vertus seraient étudiés, connus et promus.

La maternité, synonyme absolu de force et de virilité

Eh oui, on s’en doute bien, les arguments en faveur de la virilité et de la « supériorité » du mâle se tourneraient irrémédiablement vers la maternité. Car nul autre qu’un être supérieur serait capable de porter la vie, de l’entretenir, et de la rendre à l’humanité. Et quel meilleur symbole de force serait-ce que la douleur de l’enfantement, les contractions et la pénibilité de la grossesse ? D’ailleurs, il y aurait de plus en plus de traitements pour alléger le fardeau de la maternité. Personne ne stigmatiserait plus jamais le recours à la péridurale, qui serait soit dit en passant le symbole de l’évolution. Et qui oserait s’attaquer à la césarienne ? Cette intervention chirurgicale révolutionnaire !

Un système juridico-social plus avantageux

Allocations grossesses, fiscalité large, lois punissant les mères irresponsables, garderies et crèches obligatoires dans les entreprises, -ou obligation pour les femmes de rester à la maison pour garder les enfants… -promotion professionnelle pour tout homme qui deviendrait père. Evidemment, les enfants porteraient encore le nom de leurs géniteurs, sous prétexte qu’ils leur appartiennent réellement. L’inégalité salariale serait justifiée cette fois par ce fait biologique. Ils portent les bébés il faut bien que la société leur donnent le moyen de s’en occuper. La mortalité en couches serait réduite tant les études et la médecine se pencheraient sur l’accouchement.

Contraception et avortement : des droits inaliénables

Si les hommes portaient les bébés, il n’y aurait sans doute pas eu ces débats sur la contraception et l’avortement. Ils auraient eu le droit le plus absolu de choisir quand et comment ils enfanteraient. L’avortement? Bien sûr qu’il serait reconnu et même exprimerait le droit des hommes à disposer de leurs corps. Le droit à l’avortement serait accompagné des soins médicaux idoines pour qu’aucun homme n’en meurt jamais. Et l’avortement ne serait jamais clandestin comme c’est le cas maintenant pour bon nombres de femmes dans de nombreux de pays. Les hommes institueraient l’éducation sexuelle et la planification familiale comme norme presqu’absolue.

Vous l’avez compris, si les hommes tombaient enceintes, la maternité et corollaires auraient une connotation bien différente et plus auréolée de positivité. Dans un système patriarcale, Mieux peut-être aurait fallu que cela soit du ressort pour l’homme de porter physiologiquement une grossesse.

Partagez

Commentaires

SAMAKÉ Sarah
Répondre

Très bel écrit !

Carelle Laetitia
Répondre

Merci Ma sarah

Délivrance
Répondre

Ce billet trouve un écho en moi. Si seulement échanger les rôles était faisable ne serait-ce que pour quelques mois ! Le monde serait autre. Superbement écrit

Carelle Laetitia
Répondre

Merci Délivrance, je crois que la maternité m'a donnée un jour l'envie que tout ceci soit partagé.

Monica
Répondre

Belle plume.

Carelle Laetitia
Répondre

Merci ma Monie